Rechercher
  • Cosaque

La chevauchée finale du Christ


Le livre de l'Apocalypse (dernier de la Bible) présente la victoire finale du Christ comme une extraordinaire chevauchée où le Verbe de Dieu, monté sur un cheval blanc, est suivi par la cavalerie céleste. Voici ce passage (Ap. 19, 11-21):


Alors je vis le ciel ouvert : C’était un cheval blanc, celui qui le monte se nomme Fidèle et Véritable. Il juge et il combat avec justice. Ses yeux sont une flamme ardente ; sur sa tête, de nombreux diadèmes, et, inscrit sur lui, est un nom qu’il est seul à connaître. Il est revêtu d’un manteau trempé de sang, et il se nomme : la Parole de Dieu. Les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues d’un lin blanc et pur. De sa bouche sort un glaive acéré pour en frapper les nations. Il les mènera paître avec une verge de fer, il foulera la cuve où bouillonne le vin de la colère du Dieu souverain. Sur son manteau et sur sa cuisse il porte un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.


Alors je vis un ange debout dans le soleil. Il cria d’une voix forte à tous les oiseaux qui volaient au zénith : "Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu, pour manger la chair des rois, la chair des chefs, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous les hommes, libres et esclaves, petits et grands."


Et je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées, rassemblés pour combattre le cavalier et son armée. La bête fut capturée, et avec elle le faux prophète qui, par les prodiges opérés devant elle, avait séduit ceux qui avaient reçu la marque de la bête et adoré son image. Tous deux furent jetés vivants dans l’étang de feu embrasé de soufre. Les autres périrent par le glaive qui sortait de la bouche du cavalier, et tous les oiseaux se rassasièrent de leurs chairs.


Voilà une image inspirante pour tout cavalier chrétien qui ne peut que désirer faire partie de cette chevauchée apocalyptique. C'est aussi une rupture avec une certaine tradition vétérotestamentaire, nourrie par l'expérience historique du peuple d'Israël, et méfiante à l'égard des chevaux, montures des envahisseurs venus du Nord. L'Apocalypse réhabilite le cheval et le place au coeur de l'action triomphante du Sauveur du monde.


L'image qui accompagne cet article est une fresque (datant du XI-XII ss.) de la cathédrale Saint-Étienne d'Auxerre. Elle représente le Verbe de Dieu-Cavalier selon l'Apocalypse. Photo: Atlas roman

16 vues

© 2019 by ÉCURIE SAINTS-FLORE-ET-LAURE. Proudly created with Wix.com